Histoire et chronologie du Colisée

Histoire et chronologie du Colisée

Le Colisée de Rome : le monument antique le plus célèbre du monde

Ce fameux monument est connu sous le nom du Colisée depuis l’époque du Moyen-âge, probablement en raison de la proximité avec la statue colossale de Néron. En 72 l’Empereur Vespasien, fondateur de la dynastie Flavien, ordonna la construction de l’Amphithéâtre sur l’emplacement de l’ancien lac artificiel de la Domus Aurea, qui était un immense palais édifié sous le règne de Néron.

Son histoire et sa chronologie remontent à l’Antiquité, et il a joué un rôle central dans la vie romaine pendant des siècles.

Sa construction était destinée à remplacer l’amphithéâtre de Statilius Taurus, édifié à l’époque sous l’Empereur Auguste, qui a été dévasté en 64 lors du grand incendie de Rome. La décision de cette construction peut être vue comme un geste populiste.

Billet coupe file Colisée Rome

Le Colisée a été construit sur le site d’un ancien lac artificiel qui avait été le centre de divertissement de l’empereur Néron.

Vespasien a voulu sur ce point retrouver la confiance du peuple, qui était pour lui le meilleur moyen de satisfaire la passion qui existait entre les romains concernant les spectacles célébrés dans ces genres de bâtiments, mais aussi dans le but d’interprété ce monument comme un grand symbole triomphale.

Depuis l’inauguration en 80 par son fils Titus, il y a eu de nombreux spectacles et jeux à l’intérieur de ses murs jusqu’en 523, comme les traditionnels combats de gladiateurs et entre autres les combats d’animaux féroces.

Le Colisée a été officiellement inauguré en l’an 80 après J.-C. avec des célébrations somptueuses qui ont duré 100 jours.

Pendant des siècles, le Colisée a été le lieu de spectacles publics tels que des combats de gladiateurs, des chasses d’animaux sauvages, des reconstitutions de batailles navales, et d’autres divertissements.

Vatican et Colisée

Pendant des siècles, le Colisée a été le lieu de spectacles publics tels que des combats de gladiateurs, des chasses d’animaux sauvages, des reconstitutions de batailles navales, et d’autres divertissements.

Chronologie du Colisée : Depuis l’année 523 jusqu’à aujourd’hui.

En 404, les munera gladiatoria ont cessé d’être célébrés dans l’Amphithéâtre Flavien ; un siècle plus tard, en 523, les venationes sont interdits. Ensuite à la fin de ce même siècle, une église fut construite à l’intérieur de ce moment et le sous-sol de l’arène devint un cimetière.

Depuis sa dernière représentation jusqu’au Moyen-âge, le Colisée laissé à l’abandon a souffert d’innombrables dommages qui l’on détériorer, entre autres l’incendie en 217 et les tremblements de terres dont certains furent dévastateurs (en 443, 484/508 et 1349).

Durant le XIIème et XIIIème siècle, le Colisée est devenue un espace réservé à la vente de vin et de bétail, selon les découvertes archéologiques, qui ont permis d’enseigner les vestiges des entrepôts, des greniers, des étables et des logements, ainsi que des tabernae, des espaces ouverts situés au rez-de-chaussée des logements, qui étaient particulièrement destinées au commerce. Mais aussi un système de collecte et un réservoir d’eau de pluie, également documenté archéologiquement, permettaient d’approvisionner les personnes qui vivaient là auparavant.

monuments intéressants à proximité du Colisée

Au XIIIème siècle, la famille Frangipane transforme l’amphithéâtre en forteresse. Puis en 1312, Henri VII offre ce monument au Sénat et au peuple de Rome, ce qui n’a pas empêché au cours du XVème et XVIème siècle, d’être malheureusement utilisé comme carrière, un lieu de chantier pour la construction de nouveaux édifices. Les papes et les nobles ont dépouillé les façades de ce lieu antique en récupérant les blocs de travertin pour la construction de leurs palais et leurs églises, entre autres le Palais Barberini et même la propre Basilique Saint Pierre du Vatican.

En 1749, le pape Benoît XIV consacra l’édifice à la Passion du Christ et à la mémoire des martyrs qui ont trouvé la mort durant les persécutions, ce qui a contribué à la protection entière du Colysée. À la fin du XIXème siècle, débutent les grands travaux de restauration et de nettoyage, ainsi que les premières excavations souterraines et les fouilles archéologiques.

Aujourd’hui, seulement la façade nord est restée intacte ; en revanche, la façade arrière a presque entièrement disparue, de même que les autres parties du monument. Les souterrains du Colisée sont les mieux conservés ainsi que la partie des voûtes qui parcourraient le périmètre intérieur de la cavea. La première phase des travaux de restauration entamée en 2013 et la seconde en 2016 (un projet financé par une entreprise privée) ont permis de profiter et de retrouver les vestiges avec la splendeur original du temps jadis.


Évaluez cet article

Vous pouvez noter de 1 à 5

Average 0 / 5. 0