Le Colisée et le Christianisme

Le monument 0 289
El Coliseo y el Cristianismo

Le Colisée a été construit pour atteindre un but concret : un espace de célébration pour accueillir les fameux combats de gladiateurs (munera gladiatoria) et les venationes ou la chasse aux animaux, mais aussi quelques batailles navales, les naumachies. Depuis son inauguration en 80 après J-C l’Amphithéâtre Flavien a reçu, durant le mois de décembre, un nombre impressionnant de spectateurs représentant tous les secteurs de la société romaine. Le public était placé dans les différentes zones de la cavea dont chacune était réservée en fonction de leurs conditions sociales et économiques.

Quelques années avant la construction du Colisée, en 64 après J-C, un terrible incendie se produit à Rome qui a duré plusieurs jours en détruisant une grande partie de la ville. D’après les affirmations des historiens Dion Cassius et Suétone, depuis des siècles, l’Empereur Néron était soupçonné d’avoir provoqué cet incendie dévastateur, mais celui-ci pour apaiser ces soi-disant rumeurs jeta la pierre sur d’autres coupables, les chrétiens. Mais l’épisode de ce récit historique semble être loin de la vérité, car cet empereur ne se trouvait pas à Rome au moment de l’incendie et il est venu porter secours à son peuple aussitôt qu’il a été informé de la terrible nouvelle. Dans tous les cas, l’historien Tacite raconte, en conséquence de ce fait, que Néron entreprend la persécution des chrétiens qui ont été sauvagement assassinés. Ces premiers massacres ne se produisaient pas dans l’Amphithéâtre Flavien car ce monument n’était pas encore construit.

À partir de ce moment, les chrétiens ont subi différentes persécutions jusqu’au décret de l’Édit de Thessalonique par l’empereur Théodose I en 380, qui instaurait le christianisme comme religion officiel de l’empire romain. Ces victimes sont devenues dans la religion chrétienne des martyrs, et sur quelques textes du XVIème et XVIIème siècle on retrouve un lien de la mise à mort des martyrs au Colisée.

Mais y a-t-il un degré de vérité ?

Rome était considérée comme une ville sainte à l’époque du Moyen-âge, ce fait a été déterminé par le nombre important de pèlerins qui venaient visiter les lieux les plus importants liés au christianisme.  Ce rassemblement a conduit à la réalisation d’itinéraires religieux, d’après un texte apparu au IXème siècle et qui est conservé à Einsiedeln, ces itinéraires guidaient les pèlerins vers les lieux importants.

Mirabilia Urbis Romae, l’un des recueils les plus célèbres datant du XIème siècle, avaient exposé plusieurs récits sur des évènements survenus dans les édifices sacrés. Dans ce guide réservé pour les pèlerins indiquait en particulier que dans le Cirque Flamine (Circus Flaminius) était le lieu dans lequel les martyrs était sacrifiés.

Également dans les martyrologes, il n’y a aucune information précise concernant le lieu où se produisait la mise à mort des martyrs chrétiens. Par conséquent, un point semble éminemment clair que les premiers chrétiens étaient bien les victimes de plusieurs persécutions, mais il n’y a aucune preuve tangible qui démontre qu’il y a eut des sacrifices à l’intérieur des murs du Colisée.

La Sacralisation du Colisée et la Via Crucis

Comme nous l’avons indiqué précédemment, et en dépit du fait qu’aucun élément précis ne faisant état de la mise à mort des chrétiens dans le Colisée, pendant le XVIème et XVIIème siècle, ce lieu a été associé au martyre chrétien. Influencé par cet évènement, en 1749 le pape Benoit XIV le convertit en lieu saint pour honorer la mémoire de ceux qui ont trouvé la mort durant les persécutions. En décembre de l’année suivante se déroule la Via Crucis (chemin de croix) patronné par Benoit XIV pour célébrer l’année saint. Cet évènement a été mené par le franciscain Saint Léonard de Port-Maurice, un missionnaire italien qui était chargé à répandre les habituelles processions réalisées en Espagne depuis le XVIIème par les franciscains. 

Ceci peut être considéré comme la source principale de la tradition annuelle de la Via Crusis, car à partir de ce moment historiquement religieux, tous les vendredis saints a lieu cette fameuse procession, présidé par le pape, qui normalement porte la croix durant les 14 Stations mentionnées dans les Évangiles et tradition orale, à l’instar de concéder les indulgences plénières aux fidèles.

Par conséquent, malgré l’absence de réponses fiables qui pourraient déterminer les évènements meurtriers des chrétiens dans l’Amphithéâtre Flavien, la tradition religieuse a converti ce lieu à un symbole important afin d’honorer la mémoire des martyrs qui ont péri aux mains des romains.

Évaluez cet article

Avez-vous aimé cette histoire? Vous pouvez noter de 1 à 5. Nous vous remercions de votre contribution!

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Note de l'editeur

  • Note
  • Score total

Note del utilisateur

  • Note
  • Score total

Articles récents

Laisser une réponse

Votre adresse ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Votre hôtel à Rome

Payez a l'hotel!

Date d'arrivée

calendar

Date de départ

calendar

Serveur securise
Meilleur Tarif garanti

Toutes les visites et activités

Liens intéressants

A propos

logo1
Notre site web est l'un des meilleurs guides du Colisée de Rome. Nous vous offrons des indications précieuses qui seront très utiles durant votre séjour, mais aussi nous vous aidons à faire vos réservations d'hôtel et des circuits touristiques avec le meilleur rapport qualité-prix.

Sections du site web

Contactez-nous

VisterleColisee.com Getyourguide / Booking affiliate partner.
Le plus complet guide touristique du Colisée
info@trafalgarnet.com